keyboard_arrow_up
>
Les actualités
>
30/03/2021  |  Union

Les commerces demandent le maintien des écrans digitaux en vitrine

Les députés ont démarré lundi l’examen du projet de loi Climat et Résilience dont l’une des dispositions permettrait aux maires de réglementer la présence des écrans digitaux en vitrine.

Douze fédérations représentatives du commerce dont la Fédération du commerce coopératif et associé (FCA), Procos et l’Alliance du Commerce, exhortent les députés à ne pas voter l’article 7 du projet de la loi Climat et Résilience qui donnerait aux élus des communes et des inter-communalités le pouvoir de décider de l’implantation et de la taille des écrans digitaux en vitrine

Elles signent une campagne nationale reprenant les codes du célèbre « Ceci n’est pas une pipe » du peintre René Magritte et destinée à mettre en avant l’utilité des panneaux numériques au bénéfice de la modernisation des commerces et de l’attractivité des centres-villes. Trois visuels vont porter le message « ceci n’est pas un slip », « ceci n’est pas un café », « ceci n’est pas un livre ».

Elles déclarent que les mobiliers numériques sont moins « carbonés » que les mobiliers print rapportés à leur poids économique. « En termes de consommation énergétique comparée, une étude réalisée en novembre 2020 par le cabinet KPMG démontre que les vitrines digitales et le parc d’écrans numériques publicitaires extérieurs français sont environ 3 à 4 fois moins énergivores que le secteur de la publicité digitale et de la télévision » ajoutent-elles.

Le Conseil du Commerce de France lutte également contre l’instauration de ce dispositif. « Personne n’imagine demain se voir imposer la couleur de ses rideaux aux fenêtres ! C’est pourtant bien ainsi que les commerçants vivent la volonté des pouvoirs publics de régenter l’affichage publicitaire à l’intérieur même de leur magasin ! » déclare William Koeberlé, le président du CdCF.

A voir également
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies